Ce que c’est que d’étudier l’architecture à l’université

J’aime l’espace, dans tous les sens du terme. Avant de me lancer dans l’architecture, je voulais étudier l’astrophysique. Je me suis inscrit à quelques cours à Paris, mais ça va vite désintéressé, trop abstrait. Heureusement, j’ai finalement eu l’idée d’étudier l’architecture, en partie parce que mes deux parents sont architectes et que j’ai grandi dans ce milieu. J’en suis maintenant à ma cinquième année d’études en architecture, après avoir obtenu un diplôme de troisième cycle toujours à Paris, et je n’ai jamais regardé en arrière.

Aujourd’hui, j’ai travaillé sur ma thèse de master qui est prévue pour novembre, principalement en faisant des recherches à la bibliothèque et en travaillant sur des designs. En architecture, vous avez le choix de faire de la recherche pure, de rédiger un rapport de 17 à 20 000 mots ou de soumettre une thèse basée sur le design, qui est essentiellement un projet avec un rapport de 10 000 mots sur vos résultats. La mienne progresse lentement, mais gentiment. Je conçois un petit avant-poste scientifique pour 40 à 60 personnes sur Mars. Tout comme les astronautes, les premiers colons sont susceptibles de subir un choc psychologique parce qu’ils se retrouvent seuls dans l’espace sans rien à regarder à l’extérieur. Mon objectif principal est donc de concevoir un espace habitable, tant sur le plan émotionnel que littéral, y compris des éléments que j’ai étudiés comme la conception biophile. C’est vraiment intéressant. Vous pouvez faire pousser des plantes naturellement dans le sol martien. Des scientifiques ont récemment effectué un essai dans un laboratoire avec un sol d’imitation, et ils ont découvert que des choses comme le blé, le maïs et les tomates poussent normalement parce que Mars possède de nombreux minéraux qui correspondent à notre sol ainsi qu’une structure géologique similaire.

Ce que je préfère dans l’architecture, c’est d’être créatif. Un de mes modèles est un architecte du nom de Mies van der Rohe. Il a été le premier architecte à normaliser la conception à l’aide de méthodes de construction en acier et de construction modulaire dans les années 20 et 30. À l’époque, c’était nouveau et excitant, et c’est amusant de penser qu’il y a beaucoup d’idées tout aussi novatrices qui sont en train de se développer et qui finiront par entrer dans le courant dominant.

J’ai l’intention de faire un doctorat pendant encore six ou sept ans. C’est un long processus. J’étudie l’architecture depuis six ans, et je n’ai toujours pas fini. J’adore apprendre. J’absorbe l’information comme une éponge, et si quelque chose m’intéresse, je l’applique dans ma vie quotidienne. Je vais devoir travailler pendant quelques années et essayer de trouver un parrain pour un doctorat. J’ai l’intention de travailler pour un cabinet d’architecture de petite ou moyenne taille parce que c’est le meilleur moyen d’acquérir une expérience pratique. Une fois que cela sera fait, et que j’aurai assez d’expérience, j’ouvrirai mon propre cabinet ou je déménagerai dans un cabinet plus grand.

La chose la plus difficile dans la vie d’étudiant en architecture est de faire face à la charge de travail. Il est important d’être bien organisé et de planifier chaque jour. D’habitude, je travaille de neuf à cinq, avec quelques pauses entre les deux, quand je peux jouer à des jeux, faire une sieste et manger et boire un peu.

Mon seul conseil à l’intention des futurs étudiants est de faire des recherches approfondies sur le cours et de savoir qu’il est fait pour vous. Si vous êtes très intéressé à devenir architecte, vous constaterez que vous avez une passion pour votre travail, ce qui vous permettra de rester concentré.